logo naflo

Outil participatif pour la gestion des écosystèmes forestiers
et préforestiers du Maghreb

Fagaceae

Quercus faginea Lam.

Espèce encodée par : Meddour R. - S. Iboukassene.

Ecologie

Bioclimat

  • Humide
  • Subhumide
  • Semi-aride

Etage végétation

  • Supraméditerranéen
  • Mésoméditerranéen
  • Thermoméditerranéen

Amplitude écologique

Amplitude hydrique :

  • Mésophile

Amplitude trophique:

  • Indifférent

Exigences en lumière :

  • Mi-ombre

Résistance au sel :

  • Glycophyte

Adaptation à la sécheresse

Type de sols

    Commentaire sols


    Il est indifférent à la composition chimique du sol, mais préfère les sols siliceux, frais et profonds, pas trop compacts.

    Commentaire écologie

    Il est présent dès le bord de mer pratiquement, jusqu’à 2 000 m d’altitude (dans les Babors, en mélange avec le cèdre et le sapin) ; mais il constitue des massifs denses surtout entre 700-1 600 m d’altitude. Il ne descend plus bas qu’à la faveur de conditions exceptionnelles de fraîcheur et d’humidité (ravins profonds, à sols conservant la fraîcheur pendant toute l’année). Ses peuplements se présentent alors en taches allongées suivant la direction des ravins forestiers. Il ne se montre aux expositions méridionales en général qu’au dessus de 800 m d'altitude.
    Essence des bioclimats subhumide et humide, à hivers frais et tempérés, il prospère avec une pluviométrie annuelle de 800-1200 mm. Dans certaines stations montagnardes très arrosées (Akfadou, Ait Ouabane au Djurdjura, Babors), il reçoit entre 1 500 et 2 000 mm/an (bioclimat perhumide). Mais, il peut s’accommoder d’une tranche pluviométrique beaucoup plus faible, puisqu’on le trouve parfois au semi-aride à hiver frais, comme au Col de Benchicao.
    Son optimum de température moyenne annuelle est de 15-16°C. Il supporte bien la neige et le froid (-8 à -10°C) ; le brouillard lui est très favorable.
    Il est envahissant dans les subéraies humides, aux expositions les plus fraîches (en ubac), au dessus de 500-600 m d'atitude, et grâce à son couvert dense, il arrive à supplanter le chêne-liège (par ex. à El Kala, Beni Salah, Beni Ghobri). Il s'associe fréquemment avec le chêne afarès (massif de l'Akfadou) et le chêne-liège (partout en Kabylie), on le trouve également en mélange avec le chêne vert (djebel Mouzaïa) et le châtaignier (djebel Edough). Dans la futaie dense et humide, le sous-bois est très réduit sous l'épais ombrage du zéen, il ne se compose pratiquement que de ronces et de cytise.