logo naflo

Outil participatif pour la gestion des écosystèmes forestiers
et préforestiers du Maghreb

Pinaceae

Pinus halepensis Mill.

Espèce encodée par : R. Meddour - S. Iboukassene - S. Benhouhou.

Ecologie

Bioclimat

  • Subhumide
  • Semi-aride

Etage végétation

  • Mésoméditerranéen
  • Thermoméditerranéen

Amplitude écologique

Amplitude hydrique :

  • Xérophile

Amplitude trophique:

  • Indifférent

Exigences en lumière :

  • Héliophile

Résistance au sel :

  • Glycophyte

Adaptation à la sécheresse

Oui

Il est résistant à la sécheresse et à la chaleur (thermoxérophile).

Type de sols

    Commentaire sols

    Il pousse sur les sols rocheux et superficiels, mais préfère les sols marneux et calcaires. Il craint les sols hydromorphes et les sols à faible rétention en eau (sables profonds). Dans les régions littorales et sublittorales, il s'accommode des sols les plus arides, là où les autres essences ne peuvent le concurrencer.

    Commentaire écologie

    Maroc

    Puviosité: 220-1000 mm; optimum 450-500 mm. Dans les régions bien arrosées, il préfère les stations chaudes et bien drainées.

    La moyenne des minima du mois le plus froid n'est pas inférieure à 0°C. Minima absolus: 15-18°C à condition que le froid soit de courte durée.

    Il craint les embruns et les brumes de l'Atlantique.

    Algérie

    Le tempérament très plastique de cette essence lui permet de se développer depuis le littoral jusqu'à plus de 2100 m d'altitude, et depuis les stations relativement humides et fraîches jusqu'aux stations les plus xériques et les plus froides de l'Atlas saharien (en en association avec le genévrier de Phénicie et l'alfa). Sur l'Atlas tellien, il croit entre 400 et 1200 m, sur les Aurès, il atteint 1600 m en exposition sud, et sur l'Atlas saharien, il peut monter jusqu'à 2200 m d'altitude. Il résiste assez bien au gel (-12°C).

    Il trouve son optimum avec 350-450 mm de pluie par an, se contente parfois de 250 mm seulement, et une température moyenne annuelle de 13°C (variant de 11-15°C).

    C'est aussi une des rares essences pionnières et colonisatrices, dans la période climatique actuelle, des milieux les plus arides et chauds.